Actualités artistiques / Künstlerische Aktualität
11.04.2019

Le marché de l’art sous l’Occupation 1940-1944

Le marché de l’art sous l’Occupation 1940-1944

À compter de l’été 1941, sur l’ensemble du territoire français, les administrations françaises confisquent entreprises, biens immobiliers, financiers et œuvres d’art appartenant aux Juifs de France. Leurs comptes en banque sont bloqués tandis que les Juifs arrêtés voient leurs biens confisqués à l’entrée des camps d’internement français. Dépouillés de leurs biens, victimes d’une double législation, nazie et du gouvernement de Vichy, les Juifs de France se voient exclus de tous les pans de la vie politique, sociale et économique, en préambule à leur élimination physique. 

Dans le même temps, pendant la période de l’Occupation entre 1940 et 1944, le marché de l’art est florissant en France. une véritable « euphorie » touche tous les circuits traditionnels de transfert des œuvres d’art : ateliers, galeries et maisons de ventes aux enchères publiques. Tous s’approvisionnent à Paris. Ces ventes, trafics et échanges d’objets, réalisés parfois à des prix très élevés, ne sont pas sans conséquences sur la destinée des œuvres appartenant aux familles juives persécutées par la législation d’exception des ordonnances allemandes et des lois de Vichy.

Fort de ce constat, l’exposition présentée au Mémorial de la Shoah entend questionner les réseaux de ce microcosme lors de la période de l’occupation allemande. Elle permet d’observer le chaos inhérent à cette situation historique à nulle autre pareille dans l’histoire nationale.

Loin de s’inscrire dans la continuité des expositions consacrées à la spoliation artistique des familles juives, même si le sujet est assurément l’un des fils rouges de ce parcours, ce récit scénographique présente un pan méconnu de l’histoire du marché de l’art sous l’Occupation et de ses prolongements.

Entrée libre au mémorial de la shoah du 20 mars au 3 novembre 2019

Pour en savoir plus : http://expo-marche-art.memorialdelashoah.org/